Le spécialiste digital de l'Emploi BTP et Immobilier

Illustration apprenti - iStock
iStock ©
Photo d'illustration
L'artisanat du bâtiment veut de "l'ambition" et de "l'innovation" pour l'apprentissage

FORMATION PROFESSIONNELLE. Dans l'optique de se donner toutes les chances pour relever les nombreux défis qui attendent le secteur de la construction et de faire monter en compétences les jeunes générations, les entreprises artisanales de la filière viennent de ratifier une convention de partenariat avec le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP). Détails.
 
 



On le sait, les défis à relever dans le secteur de la construction au cours des prochaines années vont être nombreux et passionnants. Mais de la transition énergétique à la révolution numérique, ces enjeux impliquent par définition que les futurs salariés du secteur aient toutes les cartes en main pour mieux les appréhender. C'est l'objet de la convention de partenariat signée le 17 décembre entre la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) et le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP) : les deux organisations revendiquent "une politique ambitieuse et innovante de la formation professionnelle", au service des artisans comme des jeunes.

Faire correspondre les besoins des entreprises aux attentes des jeunes



D'une durée de trois ans, cette coopération doit simultanément répondre aux besoins en compétences des entreprises tout en répondant aussi aux attentes des apprentis et valoriser les savoir-faire des métiers artisanaux. La convention fixe ainsi "six champs d'actions" : tout d'abord, la profession souhaite réaliser des études prospectives portant sur les nouveaux enjeux ainsi que sur les souhaits des jeunes générations, et qui intègreraient notamment la féminisation des métiers, un sujet régulièrement remis sur la table et auquel Batiactu a déjà consacré une enquête. Ensuite, il est question de sensibiliser les artisans à ces mêmes attentes des apprentis, en "prenant en compte des sujets comme le rapport à la hiérarchie, la féminisation des métiers, la responsabilité sociétale, l'innovation et l'esprit d'entreprendre", explique un communiqué commun des deux organisations. Les innovations devront en outre être "décryptées" afin de mieux introduire les nouveaux matériaux et technologies dans les gestes quotidiens des professionnels, et là encore mieux repérer les besoins des entreprises.

Sans surprise, l'objectif du partenariat est aussi de promouvoir les métiers du bâtiment auprès des jeunes, "des métiers porteurs de sens et de valeurs" selon le président du CCCA-BTP, Éric Routier. Dans la même lignée, la Capeb et le CCCA-BTP veulent valoriser "les nouvelles modalités d'accompagnement et de formation des jeunes auprès des entreprises artisanales du bâtiment, afin de les sensibiliser, en particulier sur les thématiques du numérique, de la transition énergétique, de la mobilité européenne, ou encore de la formation en situation de travail (Afest)", détaillent les deux organisations. Ce qui devrait permettre de mieux structurer toutes ces évolutions tout en accueillant au mieux les jeunes dans leurs entreprises. Enfin, le sixième point de la convention concerne le soutien au déploiement "des certifications professionnelles et à la création des parcours de formation auprès de la Capeb dans le cadre des missions confiées au CCCA-BTP, en sa qualité d'opérateur des certifications pour les branches du bâtiment et des travaux publics".

Anticiper le "renouvellement générationnel"


"Nous avons vivement souhaité ce partenariat et nous en attendons beaucoup", conclut Jean-Christophe Repon, à la tête de la Capeb. Qui précise qu'un "bilan" en sera réalisé "annuellement", et qui insiste sur le rôle des professionnels du secteur : "Nous nous devons, les entreprises et les organismes de formation, de rendre le bâtiment attractif. Convaincre les jeunes de s'orienter dans le BTP, c'est leur proposer des cursus nouveaux, adaptés et innovants. Les travaux et les études que nous mènerons en commun nous aideront à analyser les tendances." Selon l'électricien varois, il s'agit aussi d'anticiper le "renouvellement générationnel" des prochaines années, "avec l'arrivée dans les entreprises de jeunes nés avec le digital".


Corentin Patrigeon (22/12/2021)
Inscrivez-vous à la newsletter Inscription newsletter